7 clés pour développer la confiance en soi

7 clés

Cet article reprend la structure du livre Les 7 principes d’une confiance en soi solide et durable (que vous pouvez trouver en libre téléchargement un peu partout sur ce site). A ce titre, il est forcément moins complet et moins concret que le livre, même si ce dernier reste relativement court (une quinzaine de pages).

Alors pourquoi cet article ? Parce que si vous le lisez, c’est que vous êtes intéressé par ce qui touche à la confiance en soi. Ce qui est une très bonne chose ! 🙂 Et si vous êtes intéressé par la confiance en soi, il y a de fortes probabilités pour que vous soyez intéressé par Les 7 principes d’une confiance en soi solide et durable. En voici donc un très court résumé, qui vous donnera un bref avant-goût des thématiques abordées.

Clé n°1 : Assouplir son ego

Eh oui ! Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le manque de confiance en soi est toujours lié à un souci d’ego. Nous détestons avoir tort, car cela nous renvoie à nos limites. Inconsciemment, notre ego nous donne une image faussée de nous-mêmes, une image de perfection déconnectée de la réalité. Pour installer une véritable confiance en soi, il faut donc lutter contre cet ego qui n’installe qu’une fausse confiance en soi, un mythe, un mensonge. Cela ne retire en rien la fierté légitime qu’on éprouve à l’occasion des réussites. Mais en regardant la vérité en face, en acceptant d’assouplir son ego, on fait de la réalité une alliée, un tuteur qui aide à progresser. C’est avec une juste idée de soi, ou la plus juste possible, qu’on peut bâtir une véritable confiance en soi.

Clé n°2 : Connaître ses faiblesses

Connaître objectivement ses faiblesses, c’est savoir là où sa confiance est en danger. Une fois qu’on le sait précisément, ce n’est plus pareil : on est averti, on peut se préparer, se protéger. Il ne s’agit pas de les ruminer, mais de les regarder en face, pour ce qu’elles sont. En bonus, c’est très bon pour assouplir son ego !

Clé n°3 : Accepter sa vulnérabilité

En acceptant sa vulnérabilité, on pose les bases de la confiance. Personne n’est surhumain : les échecs, relatifs ou importants, sont inévitables. Mais en dépassant la peur de nos erreurs et de nos échecs, en les acceptant tout simplement, tout en prenant soin de se relever, notre confiance ne peut en sortir que renforcée.

Clé n°4 : Connaître ses forces

Connaître objectivement ses forces, c’est savoir là où sa confiance est en sécurité. C’est connaître le terrain stable sur lequel bâtir la confiance en soi. Un terrain solide, capable d’encaisser les échecs sans que ces derniers provoquent de remise en cause systématique et totale. Ce terrain, c’est un point d’équilibre, une véritable digue contre le doute et la dépression. Notez vos points forts, et soyez-en fier.

Clé n°5 : Investir sur ses forces

Faire fructifier ses talents conduit nécessairement au succès, même s’il faut du temps. En investissant sur ses forces, on nourrit sa confiance, jour après jour. Il ne s’agit pas de négliger ses failles, mais de privilégier ses talents : c’est tout simplement le plus court chemin pour devenir une référence dans son domaine.

happy investment GIF by ANTIQUES ROADSHOW | PBS

Clé n°6 : Être soi-même

Être soi-même exige du courage, mais celui qui s’y attache sera toujours gagnant à long terme. Les véritables amitiés, personnelles et professionnelles, sont fondées sur l’honnêteté : peu importe ceux qui ne vous aiment pas, si ceux qui comptent réellement vous aiment. Même exposé à la critique, vous resterez confiant, en paix, car en accord avec vous-même. Et cette paix, personne ne pourra vous l’enlever.

Clé n°7 : Relativiser

Relativiser est un principe fondamental. Se tromper sur l’importance des choses, ou prendre la responsabilité de situations qui ne dépendent pas de nous, ce peut être très néfaste pour la confiance. Il est donc utile d’effectuer une courte introspection pour clarifier la situation, en mettant à distance ce qui n’est pas réellement important. Cet exercice permet de lâcher prise, prendre une bouffée d’oxygène, et passer à autre chose plus facilement. A cultiver régulièrement !

Conclusion

Travailler sa confiance en soi n’est pas facile. Il faut de l’humilité, il faut accepter de se regarder en face, avec ses failles et ses défauts. A l’inverse, il faut aussi apprendre à connaître ce qu’il y a de bon en nous, et savoir l’aimer. En bref, il faut être objectif avec soi-même, et se souvenir que l’instant présent est une opportunité de sans cesse s’améliorer. Le vrai motif d’espoir est là : quelles que soient les forces et les faiblesses avec lesquelles on part, nous sommes tous armés. Nous avons les moyens de construire de belles choses, une très bonne raison d’avoir confiance en soi.

Si cet article vous a plu, que vous n’en avez pas eu assez, et que le “comment” vous intéresse, vous savez qu’il existe des ressources offertes en cadeau pas très loin 😉 Quoi qu’il en soit, je vous souhaite une belle progression, et vous dis à très bientôt ! 🙂

Partagez autour de vous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cet article a 1 commentaire

  1. Baudouin le Roux

    Il y a d’autres clés pour compléter le trousseau, mais celles-ci sont les 7 principales. Et l’avantage, c’est qu’elles influent les unes sur les autres !

Laisser un commentaire

Fermer le menu