La confiance en soi, socle du leadership

Statue de César Auguste

A votre avis, pourquoi les statues sont-elles toujours fixées sur un socle ? La réponse, vous l’avez : si belle et solide que soit une statue, sans socle, elle s’effondre systématiquement. C’est la base, littéralement. Remarquez que c’est également le cas de tous les éléments existants, ou à peu près : tous s’appuient sur un fondement, un ancrage ou une force, qui les stabilise. Eh bien pour le leadership, c’est pareil : sans socle, il n’existe pas. Si vous voulez asseoir solidement votre leadership, il va donc falloir bâtir un socle, et ce socle, c’est la confiance en soi.

Qu’est-ce que la confiance ?

Au sens strict, la confiance renvoie à l’idée de « se fier ». Ce que confirme l’étymologie latine du mot : confiance vient du verbe confier, lui-même tiré du latin confidere (cum, « avec » et fidere, « fier, donner sa foi »). D’où la possibilité, en français, d’utiliser indistinctement « avoir confiance en » ou bien « avoir foi en ».

La confiance suppose ainsi une relation, avec quelqu’un ou quelque chose. Ce quelqu’un ou quelque chose, cet autre, on sait qu’on peut compter sur lui, car il est fidèle. Grâce à cette fidélité, son comportement est « prévisible » : on sait à quoi s’attendre. Faire confiance à une personne, c’est compter sur elle, sur sa bienveillance, et se dévoiler soi-même en retour. La confiance peut ainsi être définie de la manière suivante : état d’esprit de celui qui sait pouvoir compter sur un autre.

Cette confiance est fondamentale. Sans elle, il serait difficile d’envisager l’existence de véritables relations humaines, que ce soient dans les rapports professionnels, en amitié ou en amour. Faire confiance, c’est se sentir en sécurité dans la relation. Tant que la personne se comporte comme prévu, la confiance se renforce. Dans le cas contraire, selon les circonstances, un sentiment de trahison peut naître, altérant la confiance. Le mal serait grand : la confiance est un trésor très difficile à retrouver une fois perdu. Elle n’est pas stable dans le temps, elle dépend parfois du contexte, et nécessite des renforcements réguliers.

Confiance en soi

 

Et pour la confiance en soi ?

Eh bien c’est la même histoire, à ceci près que la relation de confiance est celle que nous entretenons avec nous-même. Elle est primordiale : sans un minimum de confiance en soi, aucune relation, aucun développement, aucun projet n’est possible. La confiance en soi permet d’entreprendre des actions hors de sa zone de confort. Elle permet d’oser, parce que nous connaissons nos talents et nos limites.

Mais comme toute confiance, elle est fragile, et dépend de notre fidélité… Plus nous nous trahissons, moins nous aurons confiance en nous. Se trahir, c’est par exemple ne pas tenir ses résolutions, ses engagements, sa parole. C’est agir contre ses valeurs, son identité, sa raison d’être. La confiance diminue donc lorsque nous nous trahissons, mais elle diminue aussi lorsque nous trahissons les autres : car dans ce cas, nous nous démontrons que nous ne sommes pas digne de confiance.

Ainsi, il y a de fausses confiances en soi. L’orgueil, l’arrogance ou le mépris des autres, par exemple, sont des états d’esprit qui ressemblent à de la confiance en soi, et que certains admirent à tort. En réalité, ce ne sont que des simulacres de confiance en soi, fruits d’une perception déformée que leurs propriétaires ont d’eux-mêmes. Bien au contraire, la véritable confiance en soi suppose un regard objectif sur soi-même, sur ses forces et ses faiblesses. Elle parvient simplement à surmonter ces dernières, tout en développant les premières.

Quel rapport avec le leadership ?

Si l’on part du principe que le leadership est la capacité de fédérer un groupe autour d’un objectif commun, le rapport commence à se dessiner. En effet, l’idée d’un groupe unifié autour d’une même cause implique une bonne relation entre ses membres. Et par bonne, il ne s’agit pas de croire que tous les membres doivent être « meilleurs amis », mais qu’ils doivent pouvoir compter les uns sur les autres. Sinon, il est clair que l’objectif ne sera pas atteint, ou en tout cas pas en groupe.

Dans ce groupe, le membre le plus important est le leader. C’est le chef d’orchestre, le garant de l’unité du groupe. Et dans son cas, la nécessité de confiance est encore plus importante que pour les autres membres : si le lien de confiance entre les membres et le leader est rompu, c’est tout l’édifice qui s’écroule, comme un corps décapité. « Très bien », direz-vous, « mais le rapport avec la confiance en soi ? Car c’est bien de cela qu’il s’agit ! » Et vous avez raison, mais pas de panique, on y vient. 🙂

A votre avis, pourriez-vous suivre un leader qui n’a pas confiance en lui ? Si vous n’avez pas le choix, peut-être (cadre professionnel, institutionnel, etc.). Et encore, à la longue, c’est usant : suivre quelqu’un qui ne sait pas très bien lui-même où il va, qui hésite, qui doute, qui demande parfois l’avis de tous les autres plutôt que d’en avoir un lui-même, c’est destructeur à long terme. Au contraire, la confiance en soi du leader est une garantie : garantie de direction, garantie de sa prise de responsabilité, garantie d’action. Sans confiance en lui, le leader est à peu près aussi utile qu’une plante décorative, le parfum en moins.

Conclusion

Cette comparaison végétale n’était pas prise au hasard : le parfum du leader, c’est son charisme. Et sans confiance en lui… pas de charisme. Cela ne veut pas dire que tout leader doit avoir en lui-même une confiance aveugle, gare à ne pas tomber dans l’excès inverse ! Mais cela veut dire, tout simplement, qu’un leader ne sera pas suivi sans un minimum de confiance en lui. Ce minimum, c’est sa base, son fondement, son socle. C’est ce qui l’aidera dans ses prises de décision, ses prises de risque, sa relation aux autres. En bref, la confiance en soi est trop importante pour être négligée, surtout pour qui souhaite développer son leadership. Nous en manquons tous : n’hésitons donc pas à la travailler !

Et pour cela, j’ai un cadeau pour vous ! Sur ce site, un bonus se trouve en ligne, en libre téléchargement. Il s’agit d’un court manuel de confiance en soi, totalement gratuit, alors n’hésitez pas à en profiter ! 🙂

Partagez autour de vous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    27
    Partages
  • 27
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cet article a 3 commentaires

  1. Avatar

    J’ai confiance en… vous. Je veux bien le manuel !

    1. Baudouin le Roux

      N’hésitez pas à me dire si vous l’avez bien reçu !

  2. Baudouin le Roux

    Un manque de confiance en moi m’empêche de commenter cet article.

Laisser un commentaire

Fermer le menu

​Vous voulez décupler votre confiance en vous ? ​C'est ​cadeau !