Qu’est-ce qu’un leader ?

« Leader » est un terme qui recouvre différents aspects d’une même réalité. Pour en connaître le sens, un premier réflexe consiste tout bonnement à ouvrir le dictionnaire ; ce que j’ai fait pour vous : ne me remerciez pas. 😉 Autant les dictionnaires peuvent parfois être très décevants, autant la version internet du Larousse se montre assez intéressante sur le sujet. Voyons de quoi il en retourne.

Larousse, qu’en dis-tu ?

Leader, nom masculin (de l’anglais leader, chef) :

  • Personne qui est à la tête d’un parti politique, d’un mouvement, d’un syndicat.
  • Personne qui, à l’intérieur d’un groupe, prend la plupart des initiatives, mène les autres membres du groupe, détient le commandement. C’est lui le leader de la bande. Synonyme : meneur.
  • Concurrent, équipe qui est en tête d’une compétition sportive : le leader du championnat.
  • Entreprise, groupe, produit, etc., qui occupe la première place, un rôle de premier plan dans un domaine. « Nous sommes les leaders en Europe pour ce type de produit ».
  • Avion conduisant un dispositif de chasse ou de bombardement ; commandant de bord de cet avion.
  • Article de fond généralement en première colonne qui exprime l’opinion directrice du journal et qui se différencie de l’éditorial.

Voilà une définition assez exhaustive, qui retrace à la fois l’étymologie du mot et toutes ses applications en langue française. Certes, il est encore possible de pousser le niveau de détail. Mais il faudrait alors écrire une thèse, ce qui n’est pas vraiment l’objet d’un dictionnaire. A noter l’exemple amusant, en quasi mise en abyme, de cette société de distribution qui pratiquait les meilleurs prix, se positionnait ainsi en leader sur ce segment, jusqu’à l’afficher dans son nom même : « Leader Price » (et non, cet article n’est pas sponsorisé).

De notre côté, profitant du fait que nous ne sommes pas un dictionnaire*, précisons tout de même quelques points.

*Si vous souhaitez faire une blague entre « Larousse » et mon nom, « le Roux », je suis au regret de vous annoncer qu’elle a déjà été faite, une ou deux fois 😉

Ce que ne dit pas la définition

Il est une dimension du leader que la définition académique ne prend pas en compte, c’est le caractère parfois involontaire du leadership. Ce point est très important. Il est parfaitement possible, pour une personne, de posséder certaines compétences à un niveau tel que beaucoup d’autres l’admirent et souhaitent s’en inspirer, alors même que celui qu’ils admirent n’a aucune conscience de l’aura qu’il exerce. Peut-être même que cette personne mourra sans jamais savoir que, toute sa vie, elle aura été un modèle pour beaucoup.

Un autre cas de figure semblable est celui de la personne, consciente cette fois-ci de l’aura qu’elle exerce, qui refuse cependant d’être considérée comme un leader. Elle pourra aussi refuser d’accéder à des rôles à responsabilités ; parce qu’elle ne souhaite pas diriger un groupe ou une équipe. Cette personne, très compétente en son domaine, et qui là encore inspire et fait office de modèle pour beaucoup, exerce donc un leadership réel et certain ; mais refuse simplement tout rôle hiérarchique.

Cet aspect du leadership, déconnecté de la conscience, illustre bien qu’être un leader ne se décrète pas. Il montre aussi que le fait d’être un leader est en soi complètement déconnecté de toute fonction officielle. Ce n’est pas parce que quelqu’un n’est pas un chef, qu’il n’est pas un leader. Ce n’est pas parce que quelqu’un est un chef légitime (désigné par la hiérarchie), qu’il est un chef crédible (incarnant les qualités du chef). Il n’en demeure pas moins que les termes de chef et de leader restent très proches, car ils présentent de nombreuses caractéristiques communes. Voyons maintenant ce qui caractérise spécifiquement le leader.

L’ingrédient principal du leader – pour un plat de chef !

Allons droit au but. L’ingrédient ultime qui façonne les leaders, c’est tout simplement la compétence, et plus précisément la compétence en acte. La compétence est clé. Au point qu’il suffit à une personne de ne posséder qu’une seule compétence, maîtrisée jusqu’à l’expertise, pour apparaître comme un leader dans le domaine de cette compétence. Un charpentier, un électricien, un astrophysicien, un instituteur, ou encore un pilote de rallye peuvent très bien faire partie des meilleurs dans leur domaine, tout en étant des ignares dans les autres. Attention : cela ne veut pas dire non plus qu’il faille se contenter d’une seule compétence. Dans les faits, ce n’est même pas possible : afin d’atteindre un niveau d’expertise dans un seul domaine, il est toujours nécessaire de développer plusieurs compétences. Un bon chef, par exemple, possède forcément un minimum de compétence en organisation d’équipe, en développement des personnes, en gestion de conflit, en sociabilité, etc.

La compétence en acte : pourquoi cette précision ? Tout simplement parce que certains peuvent très bien être extrêmement talentueux dans un domaine… mais être aussi de vrais paresseux et/ou égoïstes, et ne font donc pas fructifier leur talent. Sans fruit, sans fait, sans preuve donc, impossible de savoir si la personne est vraiment une référence en son domaine. Impossible de vouloir la suivre et l’imiter. Pour pouvoir être un leader, il faut pouvoir être un modèle ; et pour pouvoir être un modèle, il faut prouver la valeur de sa compétence en obtenant des résultats. Dès que quelqu’un prouve sa compétence dans un domaine, et qu’il obtient de beaux résultats, alors il est imitable. Alors, il devient inspirant. Alors, il est un leader.

C’est d’abord par sa compétence qu’on attire et qu’on entraîne les autres. Et c’est ce que fait le leader : il mène, il est principe, il fédère autour de lui. Ceux qui se contentent de techniques pour attirer : les séducteurs, les corrupteurs, etc. n’obtiennent des résultats qu’à court terme. Pour être un modèle à suivre sur le long terme, seule compte la compétence en acte.

Différentes manières d’être un leader

A ce stade, il devrait être plus facile de saisir ce qui unit les sens donnés par le Larousse. Reprenons-les un par un :

  • Personne qui est à la tête d’un parti politique, d’un mouvement, d’un syndicat. C’est un leader dans la mesure où il occupe la place du chef ; donc dans la mesure où il est censé se distinguer par sa compétence de chef, et ses compétences en matière politique. Dans les faits, ce n’est pas toujours le cas… raison pour laquelle cet usage constitue parfois un abus de langage.
  • Personne qui, à l’intérieur d’un groupe, prend la plupart des initiatives, mène les autres membres du groupe, détient le commandement. C’est un leader dans la mesure où il suscite l’adhésion autour de lui, parce que les autres lui reconnaissent la compétence de présider à leur intérêt commun, la compétence du chef, alors même qu’il n’en occupe pas forcément la place. Contrairement au sens précédent.
  • Concurrent, équipe qui est en tête d’une compétition sportive. C’est un leader dans la mesure où les résultats obtenus démontrent qu’à cet instant, c’est celui dont les compétences portent le plus de fruits.
  • Entreprise, groupe, produit, etc., qui occupe la première place, un rôle de premier plan dans un domaine. C’est un leader dans la mesure où sa compétence lui permet de développer des fruits qui le place en tête de son marché.
  • Avion conduisant un dispositif de chasse ou de bombardement ; commandant de bord de cet avion. C’est un leader dans la mesure où c’est celui dont la compétence lui offre la meilleure place, devant les autres. Concernant l’avion, c’est davantage une analogie entre compétences et caractéristiques techniques.
  • Article de fond généralement en première colonne qui exprime l’opinion directrice du journal et qui se différencie de l’éditorial. C’est là aussi un leader par analogie, dans la mesure où il développe en premier la pensée propre au journal.

Que ce soit directement ou par analogie, les compétences, l’idée de mener et la capacité à obtenir des résultats se retrouvent ainsi dans toutes les acceptions du terme « leader ».

Leader

Peut-on passer de « suiveur » à leader ?

Voilà une très mauvaise question, toutes mes excuses pour l’avoir posée. D’abord, il est possible d’être à la fois leader (dans son ou ses domaines de prédilection) et suiveur (dans les domaines moins maîtrisés). C’est même le cas de tous les leaders, à l’exception de l’homme parfait qui, on le rappelle, n’existe pas (Jésus-Christ n’étant pas compté, puisqu’il possédait la double nature humaine et divine). Les seuls donc qui ne sont pas à la fois leader et suiveur sont ceux qui ne sont pas leaders.

Ensuite, bien entendu, il est possible de passer de l’état de suiveur exclusif à celui de leader. Sur le papier, rien de plus simple : il suffit de repérer ses domaines de prédilection, les compétences et talents personnels qui s’y rapportent, et de travailler à les développer. Plus quelqu’un travaille ses compétences, plus il acquiert un niveau de maîtrise qui le rapproche de l’expertise, et plus il devient une référence dans son domaine. Qu’il soit effectivement suivi et imité n’est finalement pas si important : en se donnant les moyens d’être un leader, il se comporte comme tel, et mérite d’être considéré comme tel.

Pour preuve, nombreux sont les héros, les sages et les saints du passé à avoir vécu une existence cachée, et à être parvenus à un très haut niveau d’héroïsme, de sagesse et de vertu. C’est en découvrant leur œuvre après leur mort que justice leur a été rendue. Et ce qui est beau, c’est que n’ayant été suivis par personne au cours de leur vie, ils ont suscité des foules entières d’admirateurs et d’imitateurs après leur mort. Comme quoi, le temps n’a pas de prise sur le leadership…

Mais qu’est-ce donc qu’un leader ?

Il est temps de conclure cet article, en répondant à la question initiale. Reprenons ses différentes caractéristiques essentielles. Le leader :

  • possède une grande maîtrise d’une ou plusieurs compétences ;
  • obtient des résultats qui prouvent sa valeur ;
  • est susceptible d’inspirer les autres par son exemple.

Un leader est un expert dont les œuvres inspirent les autres à le suivre

En cela, il possède la capacité de fédérer un groupe autour d’un objectif commun. C’est tout le bien que je vous souhaite !

Partagez autour de vous !

La publication a un commentaire

  1. Baudouin le Roux

    Être un leader, ce n’est pas réservé à quelques figures charismatiques et/ou aux vainqueurs diplômés de grands concours. Tous, dans notre domaine de prédilection, nous pouvons l’être. On ne le dira jamais assez !

Laisser un commentaire